On sale

Days
Hours
Minutes
Seconds
Sale!
Share this product
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on google
Share on pinterest
Share on whatsapp
Share on email

CHAYA, MANIOC BATARD ( Cnidoscolus aconitifolius) feuilles sèches concassées 10g

5/5

4

Le chaya, cette plante miraculeuse qui guérit plus de 100 maladies
Originaire de l’Amérique centrale et plus précisément du Mexique, le chaya est une plante vivace très feuillue qui étonne de par ses propriétés médicinales. Surnommé la plante miracle, le chaya est une plante qui offre de nombreux bienfaits à l’organisme et aide à guérir plusieurs problèmes de santé.
Le chaya, aussi appelé «arbre à épinards», est un arbuste très prisé à causes de ses feuilles, qui sont très bénéfiques pour la santé. Destinées à l’alimentation, les feuilles du chaya sont utilisées comme des épinards. Elles renferment un nombre important de vitamines et de nutriments utiles pour le bon fonctionnement de l’organisme.
Les feuilles de chaya sont plus riches en fer que les épinards, de plus, elles sont une bonne source de potassium et de calcium. Elles renferment également une quantité importante de protéines et de fibres. En outre, elles fournissent des nutriments qui sont trois fois plus élevés que ceux qu’on trouve dans la plupart des légumes verts.
Sur le plan médicinal, le chaya permet de traiter plusieurs problèmes de santé tels que :

VERTUS MEDICINALE

l’asthme, l’ostéoporose, les maux de tête, les varices, les hémorroïdes… De plus, il prévient l’anémie, traite les infections de la gorge, améliore la vue et la fonction cérébrale, régule le taux de cholestérol et détoxifie le foie.

Habituellement, les feuilles cuites sont mangées ou des thés ou infusions sont préparées avec les feuilles.

Même si la chaya est réputée pour avoir de nombreuses vertus médicinales, elle est utilisée principalement pour combattre le diabète et les problèmes rénaux.

Ross-Ibarra et Molina-Cruz rendent compte d’un sondage effectué en 1991 dans l’État
de Morelos (Mexique) auquel 85 personnes ont participé. Soixante (60) d’entre elles avaient utilisé la
chaya pour des troubles rénaux (par exemple, un breuvage avec des feuilles préparé au mélangeur); 21
pour le diabète (pour abaisser le taux de sucre dans le sang); 10 pour des ulcères, la pression artérielle et
des piqûres de scorpion et quatre à d’autres fins.

 

En alimentation humaine :

Historiquement: La consommation de feuilles de chaya en Amérique centrale remonte à l’époque précolombienne. Elle est mentionnée deux fois dans un texte en langue maya du 16ième siècle de Chilam Balam de Chumayel. Des chroniques espagnoles de la même époque décrivent sa consommation par l’aristocratie locale tandis qu’une description de Fray Diego de Landa indique sa popularité parmi les gens du peuple11.

Les feuilles et les tiges épaisses constituent la partie généralement consommée. La consommation de fruits, fleurs et racines est également documentée. Comme les feuilles et autres parties de la plante contiennent des hétérosides cyanogéniques qui dégagent de l’acide cyanhydrique (HCN) quand elles sont consommées, sa consommation en légume-feuille cru est très rare et généralement non recommandée.

L’acide cyanhydrique peut être éliminé soit lors du broyage à cru (par exemple broyage dans un robot ménager – le jus de feuilles additionné de sucre et d’ananas, citron ou autres fruits est une boisson mexicaine auquel le folklore attribue des propriétés virilisantes), soit lors du séchage (utilisation de poudres de feuilles séchées), soit plus communément lors de la cuisson.

Il est recommandé de faire bouillir les feuilles et pointes de tiges au moins 15 minutes dans de l’eau ou de les faire frire car les faire sauter à la poêle pourrait ne pas suffire à éliminer toutes les substances cyanogènes. Ne pas cuisiner dans des récipients en aluminium car le cyanure d’hydrogène dégagé pourrait se complexer à l’aluminium et former un jus toxique au lieu de se volatiliser. Pour les variétés possédants des poils urticants, ils sont détruits lors de la cuisson ou du broyage.12

Le chaya est une excellente source de protéines (environ 25%), de calcium, de phosphore, de fer et de vitamines A et C ainsi que de niacine, de riboflavine et de thiamine. Le jus de cuisson des feuilles très riche en vitamines et sels minéraux peut être consommé sans danger (car le cyanure d’hydrogène s’est volatilisé).

Utilisation : Faire infuser pendant 10 minute dans une tasse d’eau chaude, 1 cuillère à café de feuilles concassées, filtrer, boire, et garder le résidu pour mélanger rapidement à votre repas.

Il est conseillé de ne pas le consommer cru

 

3 in stock

Share this product
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on google
Share on pinterest
Share on whatsapp
Share on email

Description

Le chaya, cette plante miraculeuse qui guérit plus de 100 maladies
Originaire de l’Amérique centrale et plus précisément du Mexique, le chaya est une plante vivace très feuillue qui étonne de par ses propriétés médicinales. Surnommé la plante miracle, le chaya est une plante qui offre de nombreux bienfaits à l’organisme et aide à guérir plusieurs problèmes de santé.
Le chaya, aussi appelé «arbre à épinards», est un arbuste très prisé à causes de ses feuilles, qui sont très bénéfiques pour la santé. Destinées à l’alimentation, les feuilles du chaya sont utilisées comme des épinards. Elles renferment un nombre important de vitamines et de nutriments utiles pour le bon fonctionnement de l’organisme.
Les feuilles de chaya sont plus riches en fer que les épinards, de plus, elles sont une bonne source de potassium et de calcium. Elles renferment également une quantité importante de protéines et de fibres. En outre, elles fournissent des nutriments qui sont trois fois plus élevés que ceux qu’on trouve dans la plupart des légumes verts.
Sur le plan médicinal, le chaya permet de traiter plusieurs problèmes de santé tels que :

VERTUS MEDICINALE

l’asthme, l’ostéoporose, les maux de tête, les varices, les hémorroïdes… De plus, il prévient l’anémie, traite les infections de la gorge, améliore la vue et la fonction cérébrale, régule le taux de cholestérol et détoxifie le foie.

Habituellement, les feuilles cuites sont mangées ou des thés ou infusions sont préparées avec les feuilles.

Même si la chaya est réputée pour avoir de nombreuses vertus médicinales, elle est utilisée principalement pour combattre le diabète et les problèmes rénaux.

Ross-Ibarra et Molina-Cruz rendent compte d’un sondage effectué en 1991 dans l’État
de Morelos (Mexique) auquel 85 personnes ont participé. Soixante (60) d’entre elles avaient utilisé la
chaya pour des troubles rénaux (par exemple, un breuvage avec des feuilles préparé au mélangeur); 21
pour le diabète (pour abaisser le taux de sucre dans le sang); 10 pour des ulcères, la pression artérielle et
des piqûres de scorpion et quatre à d’autres fins.

 

En alimentation humaine :

Historiquement: La consommation de feuilles de chaya en Amérique centrale remonte à l’époque précolombienne. Elle est mentionnée deux fois dans un texte en langue maya du 16ième siècle de Chilam Balam de Chumayel. Des chroniques espagnoles de la même époque décrivent sa consommation par l’aristocratie locale tandis qu’une description de Fray Diego de Landa indique sa popularité parmi les gens du peuple11.

Les feuilles et les tiges épaisses constituent la partie généralement consommée. La consommation de fruits, fleurs et racines est également documentée. Comme les feuilles et autres parties de la plante contiennent des hétérosides cyanogéniques qui dégagent de l’acide cyanhydrique (HCN) quand elles sont consommées, sa consommation en légume-feuille cru est très rare et généralement non recommandée.

L’acide cyanhydrique peut être éliminé soit lors du broyage à cru (par exemple broyage dans un robot ménager – le jus de feuilles additionné de sucre et d’ananas, citron ou autres fruits est une boisson mexicaine auquel le folklore attribue des propriétés virilisantes), soit lors du séchage (utilisation de poudres de feuilles séchées), soit plus communément lors de la cuisson.

Il est recommandé de faire bouillir les feuilles et pointes de tiges au moins 15 minutes dans de l’eau ou de les faire frire car les faire sauter à la poêle pourrait ne pas suffire à éliminer toutes les substances cyanogènes. Ne pas cuisiner dans des récipients en aluminium car le cyanure d’hydrogène dégagé pourrait se complexer à l’aluminium et former un jus toxique au lieu de se volatiliser. Pour les variétés possédants des poils urticants, ils sont détruits lors de la cuisson ou du broyage.12

Le chaya est une excellente source de protéines (environ 25%), de calcium, de phosphore, de fer et de vitamines A et C ainsi que de niacine, de riboflavine et de thiamine. Le jus de cuisson des feuilles très riche en vitamines et sels minéraux peut être consommé sans danger (car le cyanure d’hydrogène s’est volatilisé).

Utilisation : Faire infuser pendant 10 minute dans une tasse d’eau chaude, 1 cuillère à café de feuilles concassées, filtrer, boire, et garder le résidu pour mélanger rapidement à votre repas.

Il est conseillé de ne pas le consommer cru

 

Additional information

Weight 14 g
Dimensions 10 × 10 cm

Reviews

There are no reviews yet.

Be the first to review “CHAYA, MANIOC BATARD ( Cnidoscolus aconitifolius) feuilles sèches concassées 10g”

Your email address will not be published. Required fields are marked *